Archistrom, Printemps 2010

La ville sensuelle – ne surtout pas décréter la grammaire des plaisirs par Paul Ardenne

Pas de sensualité sans relativisme. Le sensuel des uns ? Il ne saurait tout de go être celui des autres. Il en est de la ville comme de n’importe quelle réalité propice à exciter nos sens. Certains vibreront à fréquenter Las Vegas et ses décors de pacotille. D’autres, qui répugnent au strass et au simulacre, verront leur sensibilité exacerbée par la roideur urbanistique de Brasilia, ou par le désordre des cités asiatiques. D’autres, que fascine la métropolisation, ne trouveront de charme à la ville que si celle-ci se présente à eux comme hyperbolique, tentaculaire, globale. Certains jouiront de la petite échelle, d’autres de l’historicisme, quelques-uns, enfin, de tout cela à la fois et en bloc, selon l’heure et l’humeur.

…suite, ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s